5500 tonnes de déchets spéciaux généras par les établissements de santé à Oran

Santé publique

Une vingtaine de cliniques privées implantées dans les différents localités Oranaises ont fait l’objet de mises en demeure, pour non respect des cahiers de charges et rejet de déchets hospitaliers non traités. Il s’est avéré, à l’issu d’un contrôle, que l’élimination de ces déchets d’activités de soins n’est ni organisée ni structurée, ni sécurisée, dans certaines établissements privés.
Les déchets spéciaux générés par les actes médicaux et chirurgicaux sont toxiques nuisibles tant à la santé publique qu’à l’environnement. Et pourtant, ils continuent d’être jetés dans la nature par certaines cliniques privées.
A Oran, quelque 220 établissements de santé, générant annuellement près de 5500 tonnes de déchets spéciaux dont 25% sont constitués de déchets d’activités de soins à risques infectieux (DASRI).
Tags
Montre plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close