À Diar Al Adjaza, ce n’est pas la bouffe qui manque, c’est la chaleur familiale !

Les maisons de vieillesses se remplissent

À la maison des vieillesses, ce n’est pas la bouffe qui manque mais c’est la chaleur familiale. Beaucoup de personnes âgées se retrouvent dans une telle situation accablante. Leur seul et unique tord était d’aimer, de chérir et d’éduquer une progéniture qui a fini par les placer dans des centres comme pour se débarrasser d’un poids.

Histoire d’argent, héritage, conflits familiaux, belle fille ingrate sont les principales causes qui mènent à ce lieu. Et pourtant, en 2007 le ministère de la solidarité national avait évoqué l’instauration d’une loi qui stipule que chaque personne qui abandonnera l’un où ses parents devra payer une amende de 100 millions de centimes purger une peine de prison suivie par la réintégration des parents rejetées à leur domicile.

Où en est-elle arrivée cette fameuse loi ? Ou est-ce L’Algérien est devenu carrément sans conscience, ni remords ni regrets !!!

Tags
Montre plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close