A l’approche de l’Aid El Adha: Flambée vertigineuse dans les marchés de la capitale

Mercuriale

Tous les pères de familles et les ménagères se plaignent de la flambée des prix qui intervient, comme chaque année, à la ville de l’Aid ou quelconque circonstances.

Une virée au niveau de certains points de vente à l’ouest d’Alger font état des tarifs affichés.

Au marché de Staouéli, la pomme de terre est cédée à 80 DA/kg, le prix de l’oignon oscille entre 60 et 75 DA/kg. Le prix de la courgette est carrément passé du simple au double, en atteignant les 200 DA le kilogramme. La tomate n’est pas en reste, puisqu’elle est cédée à pas moins de 120 DA et les navets ont frôlé la barre des 300 DA.

Même constat pour les haricots verts proposés à 250 DA le kg alors que les poivrons verts à 110 DA/kg.

Quant aux fruits, les prix affichés sont hors de portée.

En effet, les pêches, les pommes (gros calibre) sont cédées à 450 DA le kg. Les raisins, en pleine saison de cueillette, oscillent entre 200 DA pour le raisin noir et 450 DA pour le muscat.

Cette flambée des prix a touché le marché de la volaille. Le kilogramme de poulet avait atteint les 500 DA le kg.

Aussi bien à Aïn Benian, Saoula, Chéraga, qu’à Oued Terfa (Draria), la viande blanche se négociait à un prix inhabituel.

Beaucoup de commerçants rejettent la cause de cette inflation au climat caniculaire engendrant des pertes dans l’élevages en raison des feux déclarés dans certaines régions.

Malgré leurs justifications, les citoyens savent pertinemment que le hausse des prix intervient à l’approche de chaque Aid.

Tags
Montre plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close