Affaire Youcef Goucem : Les professionnels du cinéma lancent un cri de détresse

Culture

Les professionnels du cinéma et de l’audiovisuel ont publié un communiqué dans lequel ils adressent un message et un cri de détresse, pour dénoncer l’incident et les circonstances qui ont poussé le producteur Youcef Goucem à s’immoler dans les halls d’une chaîne de télévision privée.

Communiqué :

« Lettre ouverte des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel, à eux-même et aux autres.

Dans le hall d’une télévision privée, au sortir de sa direction, un homme, un père de famille, un producteur audiovisuel apprécié, est passé à l’acte. Contre toute attente, il a tenté de s’immoler par le feu devant les yeux ahuris des personnes présentes qui lui ont immédiatement porté secours, lui évitant d’y laisser la vie.
Cette nouvelle terrifiante, nous a laissé sans voix plusieurs jours… et pour cause. Ce qui a poussé Youcef Goucem à attenter à sa personne, dans un geste visant à exprimer sa détresse et son désarroi, nous le savons… mieux que quiconque.

Nous savons dans quel état d’anxiété extrême l’on peut se retrouver, face aux problèmes rencontrés au cours d’une production, ou entravant sa finition, ou retardant indéfiniment l’acquittement des dettes engendrées par celle-ci.

Qui d’entre nous, n’a pas connu la solitude la plus désarmante quand il faut démêler des engrenages inextricables, sans que cela ne dépende de votre seule volonté ? Qui n’a pas connu l’embarras de ne savoir quoi dire à des techniciens ou à des comédiens qui en arrivent à vous réclamer leur dus ? Qui n’a pas vu son énième nuit de sommeil voler en éclat ? Qui n’est pas sorti cassé d’une entrevue ou d’un rendez-vous, qu’il espérait salutaire ? Qui ne s’est pas senti décomposé à la simple lecture d’un mail ou à l’ouverture d’un courrier en recommandé ? Qui n’a pas craint la banqueroute ? Qui ne s’est pas raclé les genoux à courir derrière une tranche de financement, dont la suivante a déjà été dépensée ? Qui n’a pas sollicité l’emprunt personnel pour palier à une régie insuffisante? Qui n’a pas craint la menace d’un arrêt de tournage ? Qui ne s’est pas découragé devant un agent des impôts à qui il faut justifier une démarche artistique et non purement commerciale ? Qui n’a pas saisi le huis clos de sa voiture pour déverser ses larmes, avant de retrouver les siens ? Qui n’a pas puisé dans ses ressources les plus insoupçonnées pour maintenir le moral des troupes, alors que rien ne va ? Qui n’a pas connu l’épuisement ? Qui n’a pas tremblé ou vomi son désarroi ? Qui ne s’est pas senti abandonné ? Qui ne s’est pas senti incompris ? Qui d’entre nous pourrait prétendre ne pas savoir ce qui a poussé notre collègue à vouloir en finir avec son calvaire ?

Seulement, voilà… Nous les plus à même d’entendre son appel au secours, sommes pris au dépourvu. Nous les plus à même de le comprendre, nous-nous avouons démunis. Aujourd’hui, nous n’avons rien d’autre à proposer à Youcef Goucem que notre solidarité morale et notre compassion fraternelle ?
Quels moyens pouvons-nous déployer pour lui venir en aide et tenter de réparer l’irréparable? Vers quelle entité légitime allons-nous nous tourner pour faire valoir ses droits et les nôtres ? Sous quel sceau allons-nous viser notre position unanime, afin de porter nos voix, à qui de droit ?
Jusqu’à quand allons-nous nous continuer à nous accommoder d’être les témoins passifs de nos incapacités à servir notre intérêt commun ?
Quand allons-nous enfin fixer notre responsabilité, pour mieux considérer celle des autres ?

Il est des drames où la réaction ne saurait être différée. Mais si elle reste individuelle elle n’aura de portée que de fossoyer nos colères et d’atténuer notre sentiment d’impuissance.
Il est des silences accusateurs, mais qui ne sauront être audibles qu’en vertu d’une action structurelle et structurée.
Il est des sursauts déterminés et des volontés à tout rompre, pour faire face aux dépassements ordinaires, aux abus consentis, à la cooptation admise, aux manquements à la parole et aux petites et grandes injustices… Réagir en rang dispersé ne devrait nous dispenser d’agir en rang serré.

Youcef Goucem, nous aura chèrement appris que chacun de nous est potentiellement seul(e), à la merci de la défaite et du renoncement. Son passage à l’acte, doit nous pousser à nous élever vers des initiatives de rassemblement, de reconquête de nos espaces de parole et de créativité, d’exercice de nos droits et de préservation de nos acquis.

Laissons Youcef se rétablir de ses blessures et sa famille panser ses traumatismes et mettons-nous au travail. Organisons-nous, créons des plateformes, hiérarchisons nos propositions, identifions-nous les uns aux autres, canalisons nos énergies, chassons toute tentation récurrente de division ou de clivages, sécurisons nos arrières, bâtissons des associations, rétablissons nos syndicats, œuvrons pour l’amélioration de nos rapports à nos institutions, soyons dignes du legs des anciens et encourageons le renouvellement du cinéma algérien… c’est la manière la plus élevée de dire : plus jamais ça !

* une pensée émue à notre regretté Rachid Diguer, parti trop tôt.

1. Amina Badjaoui-Haddad, productrice
2. Moussa Haddad, réalisateur
3. Lotfi Bouchouchi, producteur/ réalisateur
4. Djaafar Gacem, producteur / réalisateur
5. Yamina Bachir Chouikh, monteuse/ réalisatrice
6. Belkacem Hadjadj, producteur/ réalisateur
7. Ahmed Benkamla, réalisateur / producteur
8. Malek Bensmail, Réalisateur
9. Ahmed Bedjaoui, professeur des Universités / producteur
10. Cherif Aggoune, réalisateur
11. Said Mehdaoui, producteur /réalisateur
12. Adila Bendimerad, productrice
13. Damien Ounouri, réalisateur
14. Hakim Abdelfettah, coordianateur de production
15. Hachemi Zertal, producteur
16. Walid Sahraoui, cinéphile
17. Mohamed Elkeurti, Président du Cinéclub de Mascara
18. Drifa Mezenner, réalisatrice
19. Yasmine Chouikh, réalisatrice
20. Djillali Beskri, producteur /réalisateur
21. Louisa Beskri, réalisatrice
22. Yasmine Beskri, productrice
23. Karim Traïdia, réalisateur
24. Sofia Djama, réalisatrice
25. Badra Hafiane, réalisatrice
26. Mohamed Yargui, réalisateur
27. Samir Ardjoum, auteur
28. Reda Laghouati, comédien/ réalisateur
29. Louiza Habani, actrice / comédienne
30. Mouzahem Yahia, réalisateur
31. Bachir Derrais, réalisateur /producteur
32. Karima Chouikh, productrice
33. Djeriou Abdelkader, Acteur / metteur en scène
34. Amir Nebbache, présentateur de Radio et télévision
35. Yanis Koussim, réalisateur / scénariste
36. Sid Ahmed Semiane, auteur réalisateur
37. Yacine Mesbah, acteur / comédien
38. Karim Bengana, scénariste / réalisateur / producteur
39. Ait Said Nabil, vice-président du cinéclub cinuvers
40. Yacine Si Ahmed, anthropologue / ancien journaliste RTA-Radio chIII
41. Mohamed Ali Allalou, producteur radio/ télévision
42. Mohamed Foudil Hazourli, réalisateur
43. Dahmane Ouzid, réalisateur
44. Fatma Zohra Zamoum, auteur / réalisatrice / productrice
45. Abdelkrim Tazaroute, journaliste écrivain
46. Boukhalfa Amazit, journaliste / scénariste/ producteur
47. Karim Moussaoui, réalisateur
48. Sidali Mazif, réalisateur
49. Dania Reymond, réalisatrice
50. Lamine Merbah, réalisateur / producteur
51. Farid Kacemi, régisseur général
52. Hamid Bouziane, producteur / technicien
53. Lakehal Larbi, réalisateur / producteur
54. Mohamed Ifticene, réalisateur
55. Mohamed Zouani, ingénieur du son
56. Samir Elhakim, comédien
57. Habib Boukhelifa, maître de conférence en arts dramatiques/ metteur en scène
58. Rachid Benhadj, réalisateur / producteur
59. Dahlia Antri, productrice/ réalisatrice
60. Makhloufi Amokrane, assistant-réalisateur
61. Kader Fares Affak, acteur comédien
62. Abdelghani Raoui, réalisateur
63. Rabie Hamimi, retraité ENTV
64. Hamoudi Laggoune, directeur de la photographie
65. Nadia Meflah, auteure / consultante cinéma
66. Idir Benaibouche, acteur comédien
67. Rabah Laraji, réalisateur
68. Said Guenifi, ingénieur du son
69. Khaled Benaiassa, acteur / réalisateur
70. Samia Meziane, actrice
71. Raouf Benia, réalisateur
72. Malika Laichour, réalisatrice / productrice
73. Fatima Bejhadj, réalisatrice
74. Salah Aougrout, acteur comédien
75. Lilia Aoudj, directrice artistique des Rencontres Cinématographique de Bejaia
76. Sabrina Draoui, réalisatrice
77. Tarek Lakhdar Hamina, producteur
78. Samir ABDELBOST, Président Association Project’heurts
79. Hassen Ferhani, réalisateur
80. Yacine Teguia, producteur
81. Aziz Slimani, administrateur de production
82. Meryem Medjkane. Comédienne. »

LETTRE OUVERTE DES PROFESSIONNELS DU CINEMA ET DE L’AUDIOVISUELA EUX MEMES… ET AUX AUTRES …

Gepostet von Collectif pour le renouveau du cinéma algérien am Montag, 14. Januar 2019

Tags
Montre plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close