Congrès du FFS : Le parti ressort plus affaibli

Participation mitigée dans un congrès qui n’a rien résolu

Le congrès extraordinaire du FFS, tenu le 20 avril, initialement pour renforcer le consensus en complétant la liste du directoire  a finalement renforcé le clivage interne en allant dans un autre sens que celui espéré. Le député Ali Laskri par qui la crise a éclaté, est sorti vainqueur de l’épreuve de force qu’il a engagée au sein du parti. Il été clair pour tout le monde que dés le début Ali Laskri est venu pour en découdre avec ses adversaires. Le député a présenté sa propre liste composée de  Laskri lui-même, Mohand Amokrane Chérifi, Hayet Tayati (ex-député), Brahim Meziani et Soufiane Chouikh. Ses adversaires, à leurs têtes Aziz Bahloul, ont été surpris et surtout  devancés. Ils ont confectionné une liste en urgence afin de le contrer eux qui ont été longtemps influents au sein du FFS, y compris du vivant du leader historique, les Bahloul et leurs affidés se retrouvent minoritaires et surtout ils perdent pied  dans les instances dirigeantes du vieux parti. C’est la première fois que ce groupe a été affronté et battu à l’intérieur. le FFS, lui, en ressort encore plus affaibli. La saignée a été constatée lors de ce congrès. Sur les 1080 congressistes qui devaient prendre part aux travaux des assisses en leur qualité de participants, seuls 480 ont répondu à l’appel.

La plupart ont quitté ou ont été exclus des rangs. Cela en dit long sur l’appauvrissement du parti en termes d’effectifs. En termes politiques, la situation est toute aussi identique. Le plus vieux parti d’opposition n’est pas prêt à reprendre le cap la disparition de son leader charismatique va continuer à le hanter tant qu’un hériter de sa trempe n’émerge pas  et ce n’est pas pour demain vu les luttes claniques intestines qui range le Front qui n’est plus que l’ombre de lui-même.

 

Tags
Montre plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close