Corruption- Le groupe Amor Benamor dément les accusations du journaliste Abdou Semmar

Actualité- Entreprises

Le groupe Agroalimentaire Amor Benamor, appartenant à l’homme d’affaires Mohamed Laïd Benamor, a démenti catégoriquement, sur la base d’un communiqué rendu public ce mercredi, les accusations du journalistes Abdou Semmar, selon lesquelles le groupe agroalimentaire appartenant à l’ex-vice président du FCE aurait transféré illicitement des devises.

Le démenti du groupe Amor Benamor intervient à quelques jours de l’émission « Kawaliss » diffusée sur la chaîne « Amel TV » le 08 avril 2019, où le journaliste Abdou Semmar a abordé le présumé transfert illicite de devises par ledit groupe agroalimentaire et l’affaire suspecte du partenariat avec le groupe Eriad dans le cadre d’investissement dans des boulangeries industrielles de Corso à la Wilaya de Boumerdès.

« Le groupe Amor Benamor nie et dément fortement toutes les accusations diffamatoires nulles et dénuées de fondement, et les induisions en erreurs intentionnées proférées par ce journaliste », affirme ledit groupe alimentaire dans son communiqué.

Concernant le transfert illicite de devises, le groupe Benamor fait savoir que la compagnie « GENERAL FOOD COMPANY est une société créée en Suisse pour commercialiser et distribuer les produits du groupe en Europe » affirmant qu' »elle a payé toutes ses factures en devise à 100% » soulignant que cette compagnie précédemment citée n’a « vendue aucun produit ou équipement au groupe ».

Et à propos des boulangeries industrielles de Corso, le groupe Amor Benamor informe que ce projet « a été entamé dans le cadre d’un partenariat légal » avec le groupe Eriad d’Alger, qui à coûté le groupe des pertes considérables à cause du crédit bancaire que la société créée dans le cadre de ce partenariat avait bénéficié, mais qui n’a pas abouti.

Pour le groupe Amor Benamor, qui s’enorgueillit de sa bonne conduite, il fait objet d’une cible d’une « campane organisée » par certaines « parties » qui vont être bientôt dévoilées au moment opportun. Le groupe agroalimentaire se dit prêt à fournir aux « médias professionnels » toutes les preuves qui réfutent ses accusations de façon absolue, tout en préservant son droit de « poursuivre devant les autorités judiciaires compétentes tous ceux qui stigmatisent le groupe ».

Tags
Montre plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close