Des doutes autours de l’appel à envahir la rue le 22 février

Actualité - Politique

Le mouvement Mouwatana, qui a lancé un appel aux algériens à sortir dans les rues, pour manifester leur rejet de la candidature du président sortant Abdelaziz Bouteflika, ce dimanche 24 février, qui coïncide avec la célébration de l’anniversaire de l’UGTA ainsi que la nationalisation des hydrocarbures, mais d’autres appels de façon anonyme ont été lancés pour la même cause, donnant rendez-vous demain 22 février.

L’appel anonyme à sortir dans la rue, le 22 février, après la prière du vendredi, est un mystère et sème le doute et l’inquiétude au prés des algériens, plusieurs hypothèses sont envisageables, a commencer par la date et l’heure qui est une signature des islamistes «  vendredi, après la prière ».Pour les sympathisants du président sortant Abdelaziz Bouteflika avancent l’hypothèse de « la main étrangère », qui a pour but de déstabiliser le pays.

Ahmed Ouyahya, Premier ministre, a averti contre le recours à la rue, «  pas de recours à la rue pour la présidentielle ou en dehors. L’État a prouvé par le passé qu’il peut maîtriser la rue. Nous avons fait comprendre au groupe, qui sillonnait le pays en appelant au boycott, de demander des salles. Mais, ils ne feront pas sortir le peuple dans la rue. Nous les empêcherons de maîtriser la rue ou de nous créer de l’anarchie », a menacé le Premier ministre, le 2 février, lors d’une conférence de presse, comme le montre la vidéo ci-dessous.

Tags
Montre plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close