Détourner 122 mineurs et plaider « victime » au tribunal… ça ose!

Un an de prison pour un jeune homme à Dar El Beida

Les pressions engendrent l’explosion, c’est pourtant connu, mais les familles algériennes semblent complètement passer à côté.

Le nombre de femmes qui fuguent de chez elles chaque année est difficile à cerner, toutefois, quand il s’agit de mineurs signalés aux services spécialisés, ça devient possible d’établir un bilan approximatif.

Depuis le début de l’été, 122 filles mineures ont fui de chez elles, cherchant la plage, la liberté ou simplement la vie. Les problèmes auxquels se trouvent confrontées les familles, désarmées, puisqu’elles ne s’attendent jamais à ce que ça leur arrive, les laisses perplexes, entre s’approcher de la police et lancer une enquête en risquant le déshonneur, ou les renier facilement et simplement.

Mineur ou pas, il semble à une femme qui a quitté son foyer qu’il est impossible d’y retourner, et dans la majorité des situations c’est le cas, puisqu’elle risque d’y laisser la vie.

« Je ne connaissais pas son âge », c’est l’excuse des criminels qui détournent les mineurs et finissent par se faire arrêter, ils plaident l’ignorance, et s’appuient sur des traits de visage et un corps « qui ne fait pas son âge ».

C’est le cas d’un jeune homme qui a écopé de 1 an de prison dans le tribunal de Dar El Baida pour le chef d’accusation : détournement de mineur.

Dans plusieurs cas, les réseaux sociaux retentissent et reviennent avec insistance, entre amours, offres de travail et promesses de vie meilleure, les filles tombent dans le piège et se font entraîner par des dépourvus de conscience.

Le tribunal  de Birmourad Rais a condamné un trentenaire à 3 ans de prison ferme, pour détournement de mineur et incitation à la prostitution. Le pire c’est qu’il se fait passer pour une victime, trahie par cette fille, qui n’a pas fait ses 18 ans.

90% des accusés de détournement de mineurs plaident non coupables et disent ignorer l’âge des victimes, sans papiers d’identité; ils n’auraient pas pu vérifier.

Il faut oser, et ça ose… sans scrupule, ça cherche des excuses pour l’homme, même criminel, agresseur ou violeur, ils lui trouvent bien des excuses.

Tags
Montre plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close