Document- Des partis d’opposition rejoignent les décisions de l’ANP et dénoncent les forces illégitimes

Actualité- Politique

Des partis et personnalités d’opposition, réunis, ce mardi à Alger, pour la septième fois à l’affilée, sous la dénomination « Forces du changement en faveur du choix du peuple », ont rejeté toute décision ou communiqué émanant de la présidence soumise à des forces illégitimes, compte tenu de la nouvelle formation gouvernementale dirigée par Noureddine Bedoui.

Les partis et personnalités d’opposition qui ont fait part de la réunion, sanctionnée par un communiqué, ont annoncé leur « soutien absolu aux revendications populaires relatives au départ immédiat et instantané du président de la République sortant et les forces qui l’entourent », et qu’ils « se réjouissent de la position du peuple qui a démontré un grand degré de conscience en adoptant l’application des articles 7, 8 et 102 de la Constitution et en insistant sur l’idée qu’il est la source de tout pouvoir ».

« Les forces de changement » ont aussi exprimé leur rejet « de toute décision, de tout communiqué émis au nom du Président ou au nom de la Présidence, y compris la décision de nommer le dernier gouvernement », refusant « toute initiative octroyant le droit de gérer la période de transition à des forces illégitimes ». Les participants à la réunion ont appelé les Procureurs généraux à « activer les mécanismes de lutte contre la corruption et ses symboles sans distinction » et ont annoncé « soutenir l’initiative des magistrats consistant à ouvrir les dossiers de la corruption ».

Les réunis considèrent que « le slogan du mouvement populaire ‘’Djeich chaâb, khawa khawa’’ (armée et peuple sont frères) comme un message de solidarité avec l’Armée Populaire Nationale et une affirmation de son adhésion à sa feuille de route pour une sortie de crise ».Les « Forces du changement » ont lancé exigé des médias publics « d’ouvrir leurs tribunes à toutes les opinions » et ont invité « tous les médias, y compris privés, à respecter le professionnalisme et la déontologie ».

Les partis d’Ennahdha, El Bina, Talaie El Hourriyète, des membres de l’ex-FIS et d’autres personnalités politiques « saluent la poursuite du mouvement populaire pacifique » et mettent en garde « les tentatives de l’infiltrer, de l’affaiblir ou de le contourner », tout en appelant à « la poursuite du mouvement », jusqu’à « à la satisfaction de toutes ses revendications ».

Tags
Montre plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close