Est-il plus difficile de naître femme en Algérie ?

Harcèlement, agressions et violences au quotidien

Le Harcèlement, les agressions et les violences que subissent les femmes ne sont un secret pour personne. L’Algérienne est obligée de se battre au quotidien pour ses droits les plus basiques et pour de simples banalités. Elle devra subir toute une avalanche d’insultes pour arpenter les rues, elle doit marcher rapidement et se faire discrète, voir même invisible afin d’éviter les regards indécents qui ne la lâcheraient pas quand même. Les difficultés rencontrées dans les foyers, avec la famille, mais surtout la vision archaïque que notre société porte encore sur les relations amoureuses condamnés par les moralisateurs. Le mariage qui devient une fatalité, une prison, au lieu de faire office d’environnement sain de convivialité.

La femme, cette créature dont le but ultime est réduit au fait de fonder un foyer se révolte, et demande à être respectée et traitée en humaine et non en une sorte de sous-être ou de citoyenne de seconds degrés.  Un hashtag lancé sur Facebook « Mateskotich » « ne te tais pas », appelle les femmes à sortir du silence et beaucoup racontent des histoires presque incroyables.

« Hier en remontant chez moi avec ma mère, dans une rue à 500 mètres de chez moi en face de terrasses bandées d’hommes, deux jeunes m’ont frappé par derrière au vu et au su de tous, le temps que je réalise ils s’étaient enfuis en courant et en ricanant. Ne voulant pas en rester là j’ai demandé aux personnes présentes leurs identité étant donné que Skikda est une petite ville tout le monde se connaissait… ».

« Nous étions les filles qu’on agresse sans problème car nous sommes les filles de la cité ou si vous voulez « des putes » … Je résidais à Dely Brahim, un quartier chic d’apparence mais plein de voyous qui rodaient autour de la cité. Sans parler du harcèlement au quotidien…Un groupe de jeunes de 16 à 20 ans attendait chaque soir à l’arrêt de Cous, et dès que je descends, on me suit, on m’insulte et une fois on a même essayé de m’arracher les vêtements et toucher ma poitrine au passage. Tout ça avec un barrage de police à quelques mètres… J’ai fini par quitter le pays, ce pays qui a fait de ses femmes des ennemis. », nous raconte  Asma, étudiante à l’université d’Alger.

Jusqu’à quand les femmes seront forcées à faire des compromis au sein de la société dans la tenue vestimentaire et céder leurs libertés pour s’intégrer et se fondre dans les masses ?

 

Tags
Montre plus

Related Articles

3 thoughts on “Est-il plus difficile de naître femme en Algérie ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close