Hadj Taher Boulenouar : Le gaspillage est à l’origine de la hausse des prix

La hausse de la demande fait grimper les prix

Au lieu du mois de clémence et de sérénité, nous nous retrouvons dans  une période de frénésie et de déchaînement, notamment dans les marchés et les grandes surfaces. Pire encore, le taux de gaspillage durant le mois de carême, selon les estimations de l’Association nationale des commerçants et artisans (ANCA), atteint 15 à 20 % des produits achetés.

Une grande quantité de denrées alimentaires est malheureusement jetée les décharges.  C’est  pour cette raison que le président de l’ANCA, Hadj Taher Boulenouar a indiqué hier que ce comportement  est à l’origine de la hausse des prix que connaissent les fruits et légumes et autres produits, surtout les premiers jours de ce mois. Il poursuit que la moyenne de l’augmentation des prix est de 30%, et que c’est à partir de la deuxième semaine du ramadhan que les prix commencent à chuter « une chute libre » allant jusqu’à 40%.

M.Boulenouar a expliqué qu’à défaut d’une culture de consommation chez le citoyen algérien, ce phénomène prend une dimension économique très dangereuse. Cela d’autant plus que les produits les plus gaspillés sont ceux subventionnés ou plafonnés, causant ainsi à l’Etat des pertes économiques colossales.

Il a ajouté dans ce contexte que l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), qui se rend compte de l’ampleur du phénomène à l’échelle mondiale, a organisé en 2013 à Rome un congrès international sur le gaspillage alimentaire. L’incivisme des citoyens ainsi que leurs consommation effrénée dans un mois où ils sont censés penser aux pauvres occasionne des pertes à une économie déjà fragile.

Tags
Montre plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close