Interdictions des concerts, l’étrange silence de Mihoubi

L'Algérie à contre culture :

Après plusieurs interruptions de festivités et interdictions de galas, parfois même par des « maires » de communes, le ministre de la culture Azzedine Mihoubi demeure silencieux, et n’émet aucun commentaire à ce sujet.

Les concerts organisés par la tutelle et l’ONDA sont empêchés par des islamistes qui sous le couvert des revendications sociales, manipulent les masses, et rament avec la société algérienne a contre culture, sans que le gouvernement n’exprime une position claire face aux dépassements.

Le fait qu’un maire annule des concerts déjà approuvés, pour naviguer sur la vague populaire ne doit pas passer impunément, et quand les politiques et les populismes se confondent, ça donne naissance à des images telles qu’n en a vu un peu partout à travers le pays.

Des souvenirs amers du FIS, le parti islamiste dissout, refont surface, du temps où des salles de cinéma, des galas, et toute forme de culture furent interdit en Algérie.

Le silence radio du ministre éveille des questions, puisque Mihoubi n’a encore pas répondu, et n’a émis aucun commentaire sur des incidents très graves qui menacent le secteur de la culture en Algérie.

Aujourd’hui, sa seule déclaration sur twitter était un message de soutien à l’armée algérienne qui continue à se battre contre les terroristes dans l’est algérien.

Tags
Montre plus

Related Articles

5 thoughts on “Interdictions des concerts, l’étrange silence de Mihoubi”

  1. N’allez pas chercher loin…pratiquement tout les illettrés ou analphabetes,ainsi que,les arabophones exclusif,c’est a dire qui ne savent lire et ecrire qu’en arabe sont islamistes ou des potentiels islamistes…..c’est le resultat de l’arabisation forcenée de l’environnement socio-educatif de l’Algerien…et le fruit est tellement pourri,que ca finira trés mal…

  2. @Sabine, je pense que vous faites une lecture partial et amateuriste de la situation en Algerie, il faut avoir le courage de souligner la responsabilité de ce regime pourri! aujourdhui les populations demontrent leur mecontentement envers la corruption, mediocrite et la deterioration systemique et systematique de l’Algerie sous le regne de cette bande mafiosi, leurs demandens sont purement sociales, le peuple n’a jamais tort, il one BOYCOTTÉ (un acte de civisme) et NON PAS EMPECHÉ (acte sous pratiqué par la bande au pouvoir), Alors ne faites pas d’amalgame.
    vous feriez mieux de descendre dans la rue et poser des questions et faire un serieux travail journalistique plutot que de brandir des slogans qui font rappeler la misere de la population algerienne toute entiere!

    “Better a good journalist than a poor assassin.”
    ― Jean-Paul Sartre

  3. Normal ce ministre mihoubi de la culture à peur offensé les islamistes salafiste attend bêtement les ordres de la présidence pour parler mais comme le vieillard Bouteflika ne parle pas ont laisse les islamistes salafiste faire leur lois interdire des concerts de raï font des prières de rue ont retrouve les ingrédients des années noires avec le FIS GIA ce pouvoir laisse faire c est islamiste salafiste reprendre le dessus leur diktat ce pays Algérie aucune autorité le laxisme un pays devenus ingouvernable anarchie règne forcément un président incapables de tenir sont rôle de président inapte gravement malade isolé dans sont bunker déconnecté des algériens des réalités du pays même les pires dictateurs ont su tiré leur révérence du pouvoir arriver à ce niveau incapacité à continuer aux pouvoirs seul exception Algérie avec un président inapte au pouvoir

  4. Vous appelez ça un ministre ,c’est une légume sur le couscous comme dans le langage populaire.
    Il n’a pas plus de pouvoir qu’un gardien d’immeuble

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close