En photos : La caricature s’invite au village Ighil Nacer

Le dessein de presse à l'honneur en Kabylie

L’association culturelle la Summam a pu rassembler une douzaine de caricaturistes qui essaient de convertir le marasme du quotidien de l’Algérien en un humour constructif. Durant deux jours du festival national de la caricature, les caricaturistes ont exposé leurs travaux, échangé avec les visiteurs, débattu la question qui rangent leurs art et discuté sur l’actualité qui est surtout transmise pas les crayons des dessinateurs de presse.

C’est une initiative osée, d’après Samir sadki. «Comme on le sait tous, la caricature est un art indésirable, un art rebelle ». dira Sadki. Ghilas Aïnouche voit ce festival comme réponse ferme au pouvoir.  « Il s’est enfin tenu à Ighil Nacer, après l’annulation de celui d’Oran ». Pour ce caricaturiste, la caricature est le symbole de la liberté d’expression. « Nous sommes de plus en plus muselés », dira Ainouche lors de la rencontre débat avec les villageois.

De son coté Nor Elyakine Ferhaoui, l’initiateur du festival international d’Oran, qualifie cette édition de « réussi sur tous les plans. « La Kabylie a réalisé mon rêve. Merci a l’association et aux habitants du village», dira-t-il.  Azedine Aliouchouche a abordé le projet qu’ils vont relancer ensemble. « nous discutons sur la reprise de mon journal stérique » Le Fennec Mordant avec la participation de tous les caricaturistes ici présents et d’autres contributeurs ».

Ahmed Medjani a souligné que « cette première édition a vu le jour, il est de notre devoir de la préserver. Djamal Lounis, quand à lui, a parlé de l’énergie de l’association. «Avec les moyens dérisoires, l’association a donné l’exemple de la persévérance. Je félicite ses membres et je leurs souhaite une longue vie ainsi qu’au festival », a-t-il dit.

Madjid Kemila, de son coté, constate que «C’est une rencontre louable, elle a montré, non seulement ses capacités à rassembler mais aussi ses fruits. Un grand merci au village Ighil Nacer qui reste un exemple à suivre », tout en signalant qu’il est en situation de handicap, il s’est déplacé sur une chaise roulante de la commune de Seddouk jusqu’à c’elle d’Ighram.

Ainsi donc, la Kabylie se distingue encore une fois par cette initiative. Il faut signaler que les villageis ont participé et animé le débat. Le niveau était très élevé. Les citoyens de ce village ont montré encore une fois leur attachement aux valeurs ancestrales de l’Algérie et de la Kabylie, en l’occurrence la liberté d’expression, la démocratie et la diversité en Algérie.

A souligner que le Rédacteur en Chef d’Algérie-Direct, M. Khelaf Benhadda, a été honoré par l’association Culturelle Soummam et les villageois d’Ighil Nacer d’Akbou.

Tags
Montre plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close