Le général-major Abdelghani Hamel sort de son silence

Actualité- Une

Le général Abdelghani Hamel, ancien directeur général de la sûreté nationale, a démenti dimanche les informations publiées par Echorouk News samedi 13 avril, selon lesquelles il avait été convoqué par le tribunal militaire de Blida pour ses déclarations relatives à la corruption, quelques jours avant qu’il ne soit limogé le 26 juin 2018.

Dans un entretien accordé au site d’informations TSA, l’ancien patron de la DGSN a déclaré qu’il n’a « reçu aucune convocation de la justice militaire » affirmant qu’il « ne détiens aucun dossier de corruption ». « Je n’ai aucun lien ni de près ni de loin avec l’affaire de la cocaïne. Ni moi ni mon entourage immédiat. Mon éducation et ma culture ne me permettent pas d’avoir des liens avec ce genre d’affaires. Mon ex-chauffeur (à la DGSN) doit répondre de ses actes devant la justice. J’ai beaucoup de respect pour la justice, laissons la faire son travail en toute souveraineté », Confie ledit général-major au média, dans sa première sortie publique depuis son départ de la tête de la DGSN.

« J’ai occupé ce logement après avoir reçu une autorisation du ministre de l’Intérieur. J’ai restitué volontairement la résidence avec ses meubles après le départ du président de la République (le 2 avril 2019) » explique l’ex-DGSN sur l’information selon laquelle il a été prié de libérer son logement de fonction situé au niveau de la direction des Affaires sociales de la DGSN à Hydra, à Alger.

Après avoir évoqué les déclaration du Chef d’État-major de l’ANP, le Vice-ministre de la Défense Amed Gaid Salah, sur l’ouverture d’investigations sur les affaires de Sonatrach, Khalifa Bank et El Bouchi (cocaïne) « après que la justice ait retrouvé toutes ses prérogatives », Abdelghani Hamel affirme qu’il soutien et salue « la décision du chef d’état-major de l’ANP d’ouvrir les dossiers de corruption au niveau de la justice pour que tout le monde rende des comptes ».

Interrogé sur la possibilité qu’il fait objet d’une cible au moment où le pays traverse une période politique pénible, Hamel a soutenu qu’il « préfère ne pas faire de commentaires ». « Que les gens fassent la lecture qu’ils veulent. Je reste au service de mon pays quel que soit le lieu où je me trouve », a-t-il conclu.

Il convient de rappeler que Echorouk a annoncé que Hamel a été démis de ses fonctions de DGSN à cause de l’affaire de la saisie d’une quantité importante de cocaïne aux larges d’Oran, en mai 2018. Et qu’il a été convoqué par la justice militaire à cause de ses déclarations selon lesquelles il détient des dossiers de corruption en marge de cette « affaire de Cocaïne ».

 

Tags
Montre plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close