Le journal Echorouk paie la facture de son professionnalisme

Actualité - Médias

Le journal Echorouk a été privé de publicité par l’Agence Nationale de l’Edition et de la Publicité (ANEP), après que le journal ait fait une couverture médiatique sur les manifestations grandioses qui ont eu lieu dernièrement contre le 5e mandat du président sortant, Abdelaziz Bouteflika.

Le groupe Echorouk a enduré des pressions atroces depuis vendredi dernier, après avoir osé briser l’omerta imposé par le clan présidentiel, en l’obligeant à cesser de faire des couvertures médiatiques sur les dernières manifestations, demandant le départ du système en place, qui ont afflué plusieurs localités du pays.

Une source proche du journal, nous a informé que le numéro prévu de sortir aujourd’hui ne va pas avoir lieu, à cause du déni à la publicité dans son unique page qu’on lui a réservé par les services d’ANEP. Echorouk vient de payer la facture de son professionnalisme, alors que des journaux « microscopiques » ont tous les privilèges à la publicité qui couvrent en moins 3 pages.

Le groupe Echorouk a été souvent du côté du simple citoyen pour diffuser ses préoccupations, sauf quand il s’agit des forces majeurs à cause des pressions qu’il endure depuis pas moins de 20 mois. Maintenant il est face à une situation qui affecte négativement son bon fonctionnement, exigeant ainsi la mobilisation de ses collègues et de l’opinion publique pour faire valoir ce qui est de droit, et réclamer justice.

 

Tags
Montre plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close