Le président tunisien refuse de commenter les manifestations du 22 février

Actualité - Présidentielles 2019

Le président tunisien, Badji Caîd Essebsi, a refusé de commenter les manifestations du 22 février en Algérie, qui revendiquaient la départ du système actuel.

Badji Caîd Essebsi, lors d’une conférence de presse à Genève, a déclaré qu’il ne pourrait pas « donner de leçons à quiconque », ajoutant que l’Algérie « est un pays voisin libre, qui a acquis son indépendance après 130 ans de colonialisme »

Tags
Montre plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close