Lehbiri en guerre contre des officiers « super -puissants » !

DGSN

Le directeur général de la sûreté nationale, le colonel Moustapha Lehbiri serait selon des sources médiatiques en guerre contre des officiers, qui auraient tissé des liens forts les maintenant dans des postes de responsabilité privilégiés durant plus de 10 ans.

Ces-dits officiers occupent des postes sensibles à la tête des Daïra les plus importantes d’Alger, ayant échappé au récent mouvement effectué pour le colonel Lehbiri, ce dernier compte revenir sur leurs cas et faire valoir la loi, en dépit des pressions qu’exercent des responsables sur lui, des hommes d’affaires, et du soutien qu’auraient ces chefs-sûreté de dairas dans le ministère de l’intérieur, selon le journal électronique Dzairpress.

Seulement 4 chefs-sûreté de dairas ont échappé au changement effectué par le directeur général de la sûreté nationale, sur une base de 13 chefs-sûreté de dairas à Alger.

Le chef-sûreté de la daïra de Dar El Beida devait être muté, mais la décision est tombée quelques heures après l’émission de l’ordre par le DGSN, le colonel Lehbiri, rapporte la source. Il a fini maintenu dans son poste, mais pour le chef de la police, ce n’est que partie remise, puisqu’il compte bien appliquer les ordres du président de la République selon les déclarations de ses proches, selon la source.

Le Chef-Sûreté de la daïra de Chéraga demeure également en poste, malgré la décision de le muter à Illizi, selon la source, qui affirme que ce dernier bénéficierait d’une protection inconnue qui lui aurait également épargné d’être touché par les changements dans le corps de la police, effectués durant l’année 2010. Ce responsable occupait le poste de chef de service à Hussein Dey, où il devait se rendre à Gherdaia avant de finir à la tete de la sûreté de Chéraga, l’une des plus importantes localités à Alger, précise la source, qui ajoute que ce dernier est âgé de 47 ans seulement, et a rejoint la police durant les années 2000 sans avoir à travailler dans le sud algérien ou dans les régions de l’intérieur du pays, comme le font les officiers de son rang.

Cet officier se trouve actuellement à Tipaza, sans poste et sans responsabilités…

Des commissaires demeurent sans promotions depuis plus de dix ans, malgré le mérite et malgré les diplômes d’études qui les rendent éligibles à des postes de responsabilité…

Colonel Lehbiri, le directeur général de la sûreté nationale qui jouit du soutien du président de la République, pourrait-il déjouer ces pressions et mener à terme sa mission?

Tags
Montre plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close