Les imams haussent le ton et menacent

Affaires religieuses

Le Syndicat national des imams accorde un sursis de trois jours au ministère des Affaires religieuses pour répondre à ses revendications avant de mettre en exécution ses menaces de marcher à Alger.

En outre, le président du syndicat, Mohamed Hadjimi, accuse implicitement Mohamed Aïssa de connivence avec les salafistes.

« La situation financière du pays n’a pas empêché les autres secteurs de répondre aux doléances de leurs syndicats, ce justificatif avancé par notre tutelle ne tient pas la route », précise Mohamed Hadjimi.

Les imams interpellent le président de la République afin de mettre fin à leur calvaire.

Mise à part l’amélioration des conditions socioprofessionnelles des imams, ils réclament une prime qui permettra aux « cheikhs » de vivre dans la dignité.

Revenant sur les déclarations du ministre quant au gel de l’attribution d’agréments aux associations religieuses, Mohamed Hadjimi accuse Mohamed Aïssa de « réserver un traitement favorable à certains groupes qui portent atteinte à la référence religieuse nationale, dont certains de leurs membres travaillent actuellement au sein de son département ».

Tags
Montre plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close