L’Italie exige des excuses officielles

Crise de l'Aquarius

La tension ne fait que monter entre Paris et Rome.

Intervenant devant le Sénat, le ministre italien de l’intérieur, Matteo Salvini, a appelé, mercredi 13 juin, le président français Emmanuel Macron à « passer de la parole aux actes », en faisant preuve de « générosité ».

Le quotidien Le Monde a rapporté, que ce dernier, a également rappelé que la France s’était engagée à accueillir plus de 9 000 migrants arrivés ces dernières années en Italie mais qu’elle n’en avait accueilli que 640 et avait renvoyé en Italie 10 249 migrants ayant passé la frontière, entre le début de l’année et la fin du mois de mai.

Le communiqué publié par le Palais Chigi, le siège du premier ministre, dans l’après-midi de mardi, était déjà d’une vigueur inhabituelle : « Les déclarations venant de France autour du cas de l’Aquariussont surprenantes et témoignent d’un grave manque d’informations sur ce qui se passe. L’Italie ne peut pas accepter les leçons hypocrites de pays qui, en termes de migrations, ont toujours préféré tourner le dos à leurs partenaires ».

L’affaire du navire de sauvetage de migrants Aquarius a ainsi ouvert une brèche entre l’Italie et la France.

Après les remontrances françaises sur le sujet, le chef du gouvernement italien pourrait-il annuler sa visite du 15 juin en France?

Une situation qui, faut-il le rappeler, fait suite aux sévères critiques formulées par Emmanuel Macron sur la décision italienne de ne pas laisser accoster le bateau de sauvetage de migrants Aquarius, et, plus globalement, sur la gestion de l’accueil des migrants, l’Italie a sommé ce 13 juin la France de s’excuser officiellement sous peine d’annuler la rencontre prévue le 15 juin à Paris entre Giuseppe Conte et Emmanuel Macron.

Ainsi, c’est la France qui est pointée du doigt pour sa politique migratoire.

Tags
Montre plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close