« Nous avons propagé le wahabisme à la demande de nos alliés occidentaux »

BEN SELMAN dans une déclaration au Washington Post

« Nous avons propagé le wahabisme dans le monde à la demande de nos alliés, les occidentaux, pour contrer l’Union Soviétique ». C’est ce qu’a déclaré Mohamed Ben Selman, le prince héritier saoudien. Ce dernier se présente comme un sauveur pour son pays de la corruption et du sous-développement. Après avoir ouvert les cinémas et les théâtres qui furent interdits en Arabie-Saoudite, après avoir libéré la femme du voile obligatoire «La Abaya» et lui avoir accordé le droit de conduire la voiture, le prince héritier fait des mea-culpa inattendus.

Le wahabisme s’est considérablement propagé non seulement dans le monde arabe mais dans le monde entier. Ce courant est au centre de la polémique. Il est accusé ouvertement de parrainer le terrorisme international. Des observateurs ne cessent de tirer à boulets rouges sur le royaume AL Saoud, l’accusant de financer le terrorisme via le wahabisme. En Algérie, ce courant est revendiqué par le cheikh Mohamed Ali Ferkous. Des victimes de ce courant y en a ! Des écrivains et intellectuels ont combattu ce courant durant des années, ils y sont restés. Le cas Faradj Fouda est édifiant. BEN SELMAN choisit le Washington Post pour annoncer ainsi la rupture avec la pensée wahabite. Devrions nous changer de convictions pour s’y adapter ?

 

 

Tags
Montre plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close