Pas moins de 100 écrivains et artistes contre le 5e mandat

Actualité - Présidentielles 2019

Les grandioses manifestations du 22 février dernier ont fait effet boule de neige. Après les journalistes et les avocats, cette fois-ci il s’agit d’un grand nombre d’écrivains et d’artistes qui déclarent leur soutien au mouvement de protestation contre le 5e mandat, ainsi que le système en place, et associent leur voix à celle du peuple avide du changement et de liberté.

En tant que tel, ils ont rendu public un communiqué, dont vous pouvez lire ci-dessous, joint par les noms de signataires, constitués par un grand nombre de personnalités imminentes sur la scène culturelle.

Le contenu du communiqué :

Il y a quelques jours, l’Algérie assiste à des manifestations populaires de masse réclamant un changement. Le 22 février, des centaines de milliers d’Algériens se sont rendus du nord au sud, d’est en ouest, lors de la plus grande manifestation connue par l’Algérie depuis plus de 30 ans, réclamant l’arrestation de la farce du 5e mandat du président Abdelaziz Bouteflika, qui se trouve dans un état de santé critique il y a plusieurs années, ne lui permettant pas de diriger le pays.

Ces manifestations sont venus pour que la population, en particulier les jeunes, s’expriment sur les conditions misérables dans lesquelles ils vivent, en dépit de la disponibilité de ressources financières énormes, à cause de la gestion désastreuse du pays par un groupe de personnes qui se sont saisies des rouages ​​du gouvernement dans lequel il maintiennent le pouvoir par la répression et les menaces. Comme d’autres secteurs, le secteur culturel a été victime d’un comportement autoritaire, oppressif et arbitraire, qui a mis l’intellectuel, l’écrivain et l’artiste dans l’emprise d’une situation sociale misérable qui l’empêche de bien vivre et de jouer pleinement son rôle dans la société.

En effet, en tant qu’intellectuels, écrivains et artistes algériens, nous, les soussignés, déclarons notre soutien indéfectible à la vague de changement demandée par le peuple algérien, ce qui ne peut être fait que par la cession de Abdelaziz Bouteflika (ou qui travaille en son nom) à sa candidature pour briguer un cinquième mandat.

Ainsi, le peuple algérien a recouvré une partie de sa dignité, qui a été piétinée par un système qui faisait du citoyen algérien un élément marginal dans un État où il est censé être l’unique dirigeant.

Tags
Montre plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close