Qu’est-ce la brucellose ?

Santé

Qu’est-ce que c’est ? 

La brucellose est une anthropozoonose, c’est à dire une maladie qui se transmet de l’animal vers l’Homme, le plus souvent via la consommation de lait non-pasteurisé. On l’appelle communément fièvre méditerranéenne, de Gibraltar, de Malte, ou encore fièvre ondulante. Cette maladie, due à une bactérie du genre Brucella, peut être bénigne et spontanément résolutive, ou sévère et chronique. Dans sa forme chronique, la maladie peut durer plusieurs années et entraîner de graves conséquences neurologiques et cardiaques. Elle n’entraîne la mort que dans de rares cas, même en l’absence de traitement antibiotique. Un demi-million de personnes seraient infectées chaque année dans le monde, mais très peu dans les pays développés.

Les symptômes 

La durée d’incubation varie d’une semaine à plusieurs mois. La maladie se déclare par une phase de syndrome grippal banal, caractérisée par des maux de tête et de la fièvre, de la fatigue, une sensation de malaise. Des douleurs ostéo-articulaires et de l’arthrite apparaissent lors d’une seconde phase. La personne infectée peut souffrir d’anorexie entraînant une perte de poids.

La maladie peut évoluer vers une forme chronique, touchant au fil des années tous les organes, entraînant de graves conséquences neurologiques et cardiaques et, dans de rares cas, la mort.

Les origines de la maladie

La brucellose est causée par des bactéries du genre Brucella, un petit coccobacille Gram-négatif. Brucella comprend six espèces, donc quatre sont infectieuses pour l’homme : B. abortus bovis, B. suis, B. canis et B. melitensis. Cette dernière est la plus pathogène, la plus invasive et la plus répandue.

Les facteurs de risque 

  • Dans les régions pauvres du monde où l’incidence de la brucellose animale est forte, les populations défavorisées qui pratiquent les métiers de l’élevage de chèvres, de vaches, de moutons, de chameaux…, sont particulièrement exposées.
  • Dans les pays développés, l’incidence de la maladie humaine a fortement diminué ces dernières décennies grâce à la mise en place de politiques sanitaires efficaces appliquée en santé animale ainsi qu’à la généralisation de la pasteurisation du lait.

Transmission

Les bactéries responsables de la brucellose sont transmises le plus souvent par la consommation de produits laitiers non pasteurisés et – plus rarement – par la consommation de viande mal cuite. La brucellose se transmet également par le contact direct avec des animaux infectés, des carcasses, des placentas ou des fœtus avortés. Enfin, la brucellose est susceptible de se transmettre par inhalation, ce qui fait de ses bactéries des agents possibles de bioterrorisme.

Prévention et traitement

Des traitements antibiotiques spécifiques sont recommandés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour combattre la brucellose. Mais aucun vaccin n’est disponible à ce jour.

La guérison peut prendre de quelques semaines à plusieurs mois, en fonction du stade et de la gravité de la maladie. En revanche, il n’existe pas de recommandation officielle de l’OMS pour traiter les brucelloses chroniques.

Si les antibiotiques actuellement utilisés sont encore efficaces, certaines souches commencent à développer une résistance à ces traitements, préviennent des chercheurs français. Ainsi, les équipes de Jean-Yves Winum de l’Institut des biomolécules Max Mousseron (IBMM) et de Stephan Köhler du Centre d’étude d’agents Pathogènes et Biotechnologie pour la Santé (CPBS), ont démontré qu’il est possible d’inhiber la prolifération dans la cellule infectée du bacille responsable de la maladie.

Tags
Montre plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close