Un « B » de moins : Démission de Tayeb Belaïz de la tête du Conseil Constitutionnel

Actualité- Une

Une des noms les plus rejetés par la rue, Tayeb Belaiz, a présenté sa démission aujourd’hui, mardi 16 avril 2019, de la tête du Conseil Constitutionnel qu’il présidait depuis le 21 février passé. Un acquis pour la rue, mais les choses ne sont pas encore sûres.

Belaiz décide enfin de remettre les clés aux Conseil Constitutionnel. Une décision qu’il aurait pris sans aucun doute à la suite des contestations pressantes du mouvement populaire. « Après la démission de Belaïz, le Conseil constitutionnel doit se réunir sous la présidence du vice-président du Conseil pour acter cette démission conformément aux dispositions de l’article 81 du règlement intérieur de cette institution. », indique l’APS.

Ayant déjà occupé le poste du président du CC de mars 2012 à septembre 2013, à titre de rappel, Belaïz à été désigné pour une deuxième fois dans ce poste par l’ancien Chef de l’État, démissionnaire quant à lui, Abdelaziz Bouteflika, en remplacement au défunt Mourad Medelci. Une nomination qui vient à l’encontre des dispositions de la Constitution en vigueur et une flagrante profanation d’un corps juridique censé être gardien de la loi. La Constitution, pourtant taillée par Bouteflika à sa juste mesure, est claire : le président du Conseil constitutionnel est nommé pour un mandat unique.

 

Tags
Montre plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close