Les autorités sont également responsables de l’assassinat du jeune Assil

Chroniques

Assassiné sauvagement à l’intérieur de la Cité universitaire de Ben Aknoun, le jeune étudiant Assil, âgé de 22 ans, en troisième année de médecine, qui espérait porter la blouse blanche dans quelques années, a vu son rêve s’anéantir le soir du 10 février 2019.

L’assassinat du jeune étudiant originaire de la wilaya de Bordj Bou Arreridj a suscité l’indignation totale de la part des étudiants algériens, qui sont sortis protester pour montrer leur mécontentement des autorités et réclamer justice pour leur confrère.

Le citoyen algérien, choqué par ce crime abject, se demande où sont passés les agents de sécurité ? Et où sont passés les moyens technologiques avancés et « sophistiqués » qui ont été installés afin de garantir la sécurité de nos étudiants ?

Les caméras de surveillance n’étaient pas fonctionnelles, puisque, selon certaines allocutions, elles ont été mises hors service par ordre de la direction de l’Office National des Œuvres Universitaires, au lieu de se demander les raisons qui ont poussé les criminels à commettre ce meurtre, il est préférable de poser la question suivante : Pourquoi les caméras de surveillance ont été mises hors service ?

Sachant que des millions de dinars ont été investis dans l’installation d’un dispositif de surveillance qualifié de « sophistiqué », pourquoi donc le mettre hors service ? Rappelons qu’un tel dispositif aurait pu identifier les auteurs de ce crime.

Les raisons de la mise hors service des caméras de surveillance n’ont pas été justifiées par les responsables, mais cette décision pourrait résumer la situation actuelle de l’université algérienne : N’importe quel individu pourrait avoir accès aux facultés et aux établissements universitaires sans qu’il ne soit arrêté, et c’était le cas des meurtriers du jeune Assil, qui ont pu entrer et sortir de la grande porte de la Cité universitaire sans qu’ils ne soient arrêtés.

Les responsables du crime ne sont pas uniquement ceux qui ont poignardé et égorgé le jeune Assil, mais ceux qui ont pris la décision de mettre hors service les caméras de surveillance, et ceux qui ont laissé des inconnus entrer et sortir de la Cité universitaire, sont également responsables de ce crime.

Azzedine DERRADJ

Tags
Montre plus

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close